C'est-à-dire...

Services responsables du contrôle, de la réglementation, du financement et du conseil d’experts dans l’apiculture, l’agriculture, la sylviculture ainsi que pour les espaces verts en milieu urbain.

Recommandations pour les services de l'administration fédérale et des cantons

Vous définissez des conditions appropriées permettant la mise en œuvre de mesures favorables aux abeilles domestiques et sauvages.

Conseiller les professionnels concernés, fixer des objectifs, établir des directives et verser des indemnisations

Empfehlung für Honigbienen
Empfehlung für Wildbienen

Pour améliorer la qualité de l’habitat des abeilles domestiques et des abeilles sauvages, il est impératif de créer un cadre juridique qui permet à la fois d’assurer une offre florale élevée et durable, d’augmenter le nombre des emplacements de nidification des abeilles sauvages et de réduire les effets négatifs des produits phytosanitaires, du fauchage et de l’importation d’abeilles domestiques et sauvages. La situation de ces insectes bénéficiera également de la conclusion de conventions sur des actions et des objectifs spécifiques en complément aux dispositions légales.

Vous informez les différents intervenants des domaines de l’agriculture et de la sylviculture, de l’urbanisme, des infrastructures de transport, de l’industrie et des jardins des mesures existantes en matière de préservation des abeilles.

Vous convenez avec les professionnels des objectifs sur plusieurs années des mesures de conservation et de développement des espèces rares ou menacées.

Vous établissez pour ce faire, s’il en existe, sur les stratégies cantonales pour la promotion des abeilles sauvages.

Vous énoncez les exigences minimales quant à la qualité des habitats revalorisés destinés aux abeilles (par exemple bandes fleuries).

Vous coordonnez la mise en réseau des habitats pour les abeilles sauvages, mettez en place des systèmes d’incitation et édictez des dispositions légales.

Photo: Christof Schüepp

Vous échangez les expériences que vous avez faites quant aux mesures de mise en réseau et aux objectifs concernant les abeilles sauvages avec des instituts de recherche comme Agroscope ou des experts.

Vous savez que pour favoriser les abeilles sauvages, il faut que leur nourriture soit proche des sites de nidification.

Si les distances entre les sites de nourriture et de nidification sont trop importantes (dès 100-300 mètres), cela peut entraîner des pertes au niveau de la reproduction.

Vous réduisez les influences négatives sur les abeilles.

Vous imposez des restrictions, vous définissez des exigences et vous fournissez des conseils à propos des produits phytosanitaires, des biocides et des engrais, des techniques de fauchage préjudiciables et du commerce international d’abeilles domestiques et de bourdons. 

Vous vous reportez aux recommandations

pour les agriculteurs
> Eviter que les abeilles entrent en contact avec des produits phytosanitaires
> Choisir des techniques et des périodes de fauchage respectueux des abeilles
> Eviter d’introduire des maladies en important des colonies de bourdons

pour les jardiniers
> Eviter que les abeilles entrent en contact avec des produits phytosanitaires et des biocides

pour les apiculteurs
> Limiter l’introduction et la transmission de maladies et de parasites

Vous indemnisez les coûts des mesures prises par exemple par le biais du droit de l’agriculture et des forêts. Vous contrôlez l’application des directives et sanctionnez les infractions.

Informer les services de formation/conseil et l’opinion publique sur la situation des abeilles domestiques et sauvages

Empfehlung für Honigbienen
Empfehlung für Wildbienen

Les services de formation/conseil doivent être informés en permanence des tendances et actions de promotion des abeilles domestiques et sauvages et recevoir de l’aide pour leur mise en place. Il est aussi très important de diffuser de l’information au sein du grand public, car la population, notamment à travers la consommation, a une influence indirecte sur la santé des abeilles domestiques ainsi que sur la diversité et l’abondance des abeilles sauvages.

Vous mettez en évidence l’évolution actuelle des abeilles domestiques et sauvages et ses causes.

Vous vous basez pour ce faire sur des rapports et des enquêtes approfondis sur la santé des abeilles domestiques et le degré de menace des abeilles sauvages.

Vous communiquez sur l’impact des mesures déjà mises en place et sensibilisez les professionnels sur les nouvelles actions.

Vous informez en particulier les services de formation et de conseil, mais également le grand public directement ou par le biais des médias.

Vous vous reportez aux recommandations
> pour les agriculteurs
> pour les jardiniers
> pour les responsables d'espaces verts publics et privés
> pour les responsables forestiers

Vous démontrez les bénéfices que la société retire de la promotion des abeilles, à savoir la pollinisation de la flore sauvage et cultivée, la préservation de la biodiversité et les produits apicoles.

Photo: Ruedi Ritter

Protéger, entretenir et valoriser les habitats des abeilles sauvages

Empfehlung für Wildbienen

Ces recommandations s’adressent aux offices fédéraux et cantonaux de protection de la nature. Il est primordial de protéger les habitats des abeilles sauvages, car de nombreuses espèces en dépendent. Rares sont les espèces à pouvoir survivre dans des régions soumises à une exploitation intensive.

Vous disposez d’une vue d’ensemble des habitats importants pour les abeilles sauvages, définissez les zones à protéger.

Vous informez les communes, propriétaires, agriculteurs, usagers et responsables de ces surfaces ainsi que les organisations locales de protection de la nature.

Vous veillez à ce que les habitats favorables aux abeilles sauvages soient utilisés, entretenus et valorisés de manière appropriée.

Vous fixez des mesures et des objectifs de valorisation concrets pour les espèces particulièrement rares et menacées.

Vous élaborez un plan d’action cantonal pour les abeilles sauvages. La documentation recommandée contient le plan d’action du canton de Zurich.

Vous informez les inspecteurs des ruchers, les communes ainsi que les organisations et associations d’apiculteurs des emplacements particulièrement favorables aux abeilles sauvages.

Vous recommandez de ne pas y installer de ruchers, et de respecter une zone tampon de 1-2 km.

La recherche scientifique n’a pas encore fait toute la lumière sur l’impact de la concurrence des abeilles domestiques sur le développement des abeilles sauvages. La prudence reste donc de mise lorsqu’on place des abeilles domestiques dans des habitats importants d’abeilles sauvages, surtout lorsque les espèces concernées sont rares ou menacées.

Coordonner les mesures de promotion de la santé des abeilles

Empfehlung für Honigbienen

Ces recommandations s’adressent aux offices vétérinaires au niveau fédéral et cantonal. La lutte contre les maladies et les parasites des abeilles domestiques exige une coordination nationale, également en ce qui concerne la collecte des données et la clarification des questions encore ouvertes.

Vous améliorez la qualité des enquêtes portant sur les maladies soumises à déclaration obligatoire et enregistrez un maximum de facteurs ayant une influence sur la santé des abeilles (mode d’exploitation ou environnement de la ruche).

Les colonies d’abeilles mellifères sauvages doivent aussi être systématiquement enregistrées et contrôlées.

Avec les instituts de recherche et les associations d’apiculteurs, vous examinez quelle est la densité raisonnable de colonies d’abeilles domestiques en fonction de l’environnement considéré.

Indiquez aux apiculteurs les emplacements où une densité raisonnable est dépassée, et recommandez-leur de renoncer à y installer de nouvelles ruches.

Mieux étudier l’impact des produits phytosanitaires sur les abeilles

Empfehlung für Honigbienen
Empfehlung für Wildbienen

Ces recommandations s’adressent à l’Office fédéral de l’agriculture. La dangerosité pour les abeilles des produits phytosanitaires nouveaux et existants doit être évaluée avec soin et les utilisateurs informés en conséquence afin de réduire le recours à des substances toxiques. Les restrictions d’emploi (par exemple à certaines périodes) permettent d’abaisser les effets négatifs des agents toxiques.

Lors de l’autorisation des produits phytosanitaires, exigez des études toxicologiques à court et à long terme portant sur les abeilles domestiques et les abeilles sauvages.

Photo: Lukas Jeker

Vouz prenez en compte des scénarios proches de la réalité pour toutes les catégories de produits et biocides (insecticides, fongicides, herbicides, etc.).

Pour tous les agents, vous exigez le contrôle des effets sublétaux sur le sens de l’orientation des abeilles butineuses, les chances de survie des jeunes abeilles et la fertilité.

Vous prenez en considération les effets possibles sur les abeilles de l’exposition simultanée à plusieurs substances.

Photo: Lukas Jeker

Vous envisagez toutes les combinaisons auxquelles les abeilles peuvent être exposées dans les cultures, les jardins ou les espaces verts.

Vous appliquez le principe de précaution et, en cas de doute, vous n’autorisez pas le produit phytosanitaire ou posez des conditions strictes.

Les produits dangereux pour les abeilles susceptibles d’entrer en contact avec elles sont autorisés sous certaines conditions pour réduire ces risques.

Vous autorisez ces substances seulement si ces restrictions sont applicables dans la pratique et ne laissent aucune marge d’interprétation.

Vous effectuez une vérification du marché des produits phytosanitaires homologués et contrôlez la déclaration des produits et leur composition.

Vous contribuez à l’amélioration constante des procédures internationales d’autorisation en les adaptant aux dernières connaissances scientifiques.

Contrôler la qualité des semences et mélanges de semences pour les abeilles

Empfehlung für Honigbienen
Empfehlung für Wildbienen

Ces recommandations s’adressent à l’Office fédéral de l’agriculture. Les plantes importantes pour les abeilles obtenues par sélection (tournesol, colza) peuvent présenter une production faible voire nulle de pollen et de nectar. Ces variétés sont donc inintéressantes pour les abeilles. La composition des mélanges de semences pour les bandes fleuries est donc déterminante pour leur efficacité.

Lors de l’autorisation de plantes comme le tournesol ou le colza, vous tenez compte de la production de pollen et de nectar.

Photo: Office fédéral de l'agriculture

Vous limitez le recours à de variétés qui ne produisent que peu ou pas de pollen et de nectar.

Vous n’autorisez les mélanges de semences pour les surfaces de promotion de la biodiversité que s’ils présentent un intérêt pour les abeilles sauvages spécialisées.

Les mélanges doivent assurer une offre florale suffisante et continue sur une période de végétation aussi longue que possible.

Si l’information est connue, vous renseignez les agriculteurs sur la production de pollen et de nectar des variétés de plantes disponibles dans le commerce.