C'est-à-dire...

Personnes qui aménagent et entretiennent des terrains privés ou publics, qui cultivent des arbres, produisent des plantes ornementales, tiennent un jardin d’agrément ou familial ou cultivent des plantes sur leur balcon.

Recommandations pour les jardiniers

De par votre activité d’entretien de surfaces naturelles privées ou publiques, vous déterminez la quantité de nourriture et la taille de l’habitat que vous proposez aux abeilles domestiques et sauvages. Selon que vous utilisez ou non, et dans quelle mesure, des produits phytosanitaires et des biocides, votre travail nuit à la préservation des abeilles ou y contribue.

Créer et entretenir des habitats richement fleuris

Empfehlung für Honigbienen
Empfehlung für Wildbienen

Le développement des abeilles domestiques et sauvages dépend essentiellement de la quantité du pollen et du nectar disponible. Il est important qu’elles puissent disposer d’une offre florale continue entre mars et octobre. Les abeilles domestiques tirent parti de différentes plantes à fleurs, tandis que beaucoup d’espèces d’abeilles sauvages se sont spécialisées sur une famille, voire un genre de plantes particulier. Pour favoriser le plus d’espèces d’abeilles sauvages possible, l’offre florale doit être variée.

Plantez des fleurs sauvages indigènes recherchées par les abeilles domestiques et sauvages sur votre balcon, dans votre jardin, vos plates-bandes, les talus et les espaces verts.

Photo: Wildbiene + Partner

Veillez aux espèces de plantes que vous choisissez car les bénéfices que les abeilles retirent d’un jardin en dépendent fortement.

Listes d’espèces végétales appropriées:
> Notice sur les abeilles sauvages en milieu urbain

Plantez, cultivez et entretenez des espèces d’arbustes et d’arbres indigènes propices aux abeilles domestiques et sauvages, notamment des variétés de saules, d’érables et d’arbres fruitiers.

Veillez aux espèces de plantes que vous choisissez car les bénéfices que les abeilles retirent d’un jardin en dépendent fortement.

Listes d’espèces végétales appropriées:
> Notice sur les abeilles sauvages en milieu urbain

A la place de pelouses ou de massifs de fleurs conventionnels, aménagez des habitats richement fleuris comme des prairies fleuries, des plates-bandes de fleurs sauvages ou des surfaces rudérales.

Photo: Wildbiene + Partner

Les prairies sèches, les plates-bandes de fleurs sauvages ou les surfaces rudérales sont décrites dans la notice sur les abeilles sauvages en milieu urbain. Il est important que vous utilisiez des mélanges de semences de plantes indigènes et renonciez aux désherbants (herbicides) et aux engrais. Les prairies de fleurs sauvages et les surfaces rudérales maigres présentent une végétation parfois clairsemée, ce qui offre des lieux de nidification pour les abeilles sauvages qui nichent au sol.

Créer des espaces verts bien fleuris implique des coûts, mais leur entretien est souvent moins contraignant, au contraire des pelouses et autres massifs intensifs.

Description des prairies sèches, les plates-bandes de fleurs sauvages ou les surfaces rudérales:
> Notice sur les abeilles sauvages en milieu urbain

Transformez les toits plats pour en faire des habitats riches en fleurs. Utilisez un substrat adapté, plutôt maigre, et des mélanges de semences de plantes indigènes, et renoncez aux engrais.

Entretenez les toitures plates manuellement: sachez que l’utilisation de désherbants (herbicides) est interdite sur ce genre de surfaces.

Laissez pousser la végétation sur les surfaces marginales ou les petites surfaces, par exemple au pied des arbres ou entre les dalles.

Bild: Wildbiene und Partner

Eliminez la végétation au plus une à deux fois par an, et ce pas avant juillet.

Ces surfaces, du fait qu’elles demandent moins d’entretien, vous permettent d’économiser du temps et de l’argent tout en créant une offre florale élevée.

> Notice sur les abeilles sauvages en milieu urbain

Renoncez à utiliser des désherbants (herbicides) ou des engrais dans les jardins, les espaces verts ou au bord des routes.

Vous contribuerez ainsi très largement à la diversité de l’offre florale pour les abeilles.

Notez qu’il est interdit d’utiliser des herbicides sur les routes, les sentiers, les places, les toits-terrasses et les surfaces d’entreposage, les façades ainsi que sur les talus et les bandes vertes le long des routes et des voies ferrées.

L’utilisation d’herbicides et d’engrais réduit l’offre de plantes à fleurs pour les abeilles. Les engrais amenuisent la diversité de la flore, faisant disparaître des plantes nourricières importantes pour les abeilles.

Ne fauchez pas les prairies fleuries avant la mi-juillet. Laissez des bandes refuges sur au moins 10 % de la surface. Fauchez les grandes étendues de prés ou de pelouses par bandes (fauchage échelonné).

Les bandes refuges sont des surfaces de formes et de dimensions variées où les plantes ne sont pas fauchées.

En laissant des bandes refuges dans les prairies, en fauchant de manière échelonnée et en retardant la première coupe, vous créez une offre florale continue entre mars et octobre. Si vous fauchez de manière échelonnée, il est bon de laisser passer un mois avant de procéder à la coupe de la surface suivante. Laisser des bandes refuges durant l’hiver offre en outre des lieux de nidification et des sites d’hivernage aux abeilles sauvages et à d’autres animaux.

Un nombre considérable d’abeilles domestiques et d’abeilles sauvages peuvent être tuées lorsque les prés en fleurs sont fauchés aux heures où elles butinent. Veillez donc à faucher à des heures appropriées et selon une technique de fauchage conforme aux recommandations pour les agriculteurs.

Recommandation pour les agriculteurs
> Choisir des techniques et des périodes de fauchage respectueux des abeilles

Combattez efficacement les espèces exotiques envahissantes.

Certaines espèces exotiques envahissantes (néophytes invasives) sont certes appréciées par les abeilles, mais elles menacent les espèces végétales indigènes. Ces néophytes réduisent la diversité de l’offre florale en milieu urbain, vitale pour les abeilles sauvages.

Parmi les néophytes invasives, on trouve entre autres la verge d’or du Canada, l’impatiente de l’Himalaya, le séneçon du Cap, la berce géante ou la renouée du Japon. Liste des néophytes invasives en Suisse:
> Néophytes envahissantes
> info flora

 

Créer et entretenir des lieux de nidification pour les abeilles sauvages

Empfehlung für Wildbienen

Outre une offre florale importante et variée, les abeilles sauvages ont aussi besoin de lieux de nidification. Selon les espèces, elles nichent dans le sol, le sable, le bois mort, la paille, les tiges sèches, sur les pierres ou dans des coquilles d’escargot vides. Les sites de nidification doivent se trouver à proximité de leur nourriture, à savoir à une distance maximale de 100 à 300 m. De plus grandes distances entraîneraient des pertes au niveau de la reproduction.

Les vieux tas de bois brut, le sable ou les pierres situés à des endroits ensoleillés ainsi que les talus en friche et l’herbes laissée sur pied offrent de bons emplacements de nidification pour les abeilles sauvages.

Laissez ces habitats tranquilles et ne les nettoyez pas inutilement. Nettoyer moins vous permet de gagner du temps tout en préservant des lieux de nidification pour les abeilles sauvages.

> Notice sur les abeilles sauvages en milieu urbain

Les tiges sèches des plantes qui poussent dans les jardins, les friches, les bordures et le long des haies constituent des lieux de nidification propices aux abeilles sauvages. Ne coupez pas les vieilles tiges verticales pendant plusieurs années.

Photo: Wildbiene + Partner

Les tiges de molènes, ronces, framboisiers, aubépines et sureaux conviennent particulièrement aux abeilles sauvages.

Taillez le haut de tiges des ronces mortes avec des sécateurs de jardin. Les abeilles sauvages auront ainsi plus facilement accès à l’intérieur des sarments.

Vous pouvez aussi couper les tiges et les disposer (verticalement) au jardin, soit en les attachant soit en les plantant dans un tas de pierres. Les abeilles sauvages n’utilisent pas les vieilles tiges comme nids si elles sont parterre.

Laissez les branches mortes sur l’arbre et ne coupez pas les arbres morts – pour autant que cela ne pose pas de problèmes de sécurité. Etêtez les arbres à la tronçonneuse à 2-3 m de hauteur.

Le tronc restant offre avec les années de bons emplacements de nidification.

Pour des raisons de sécurité, lors de l’abattage d’un arbre à la tronçonneuse, la hauteur de coupe ne doit pas dépasser vos épaules.

Formez des tas de bois à des endroits ensoleillés et secs avec des troncs d’arbre, des souches, des grosses branches ou des bouts de bois non traités.

Photo: Wildbiene + Partner

Les abeilles sauvages apprécient surtout les gros morceaux de bois perforés par les insectes ou vermoulus. 

Le bois mort couvert de pourriture blanche est particulièrement propice aux abeilles sauvages. Sous l’effet de la décomposition provoquée par un champignon, le bois prend une coloration blanchâtre avec des fines lignes noires.

Les vergers haute-tige produisent de grandes quantités de bois mort. Renseignez-vous auprès des arboriculteurs de votre région.

Sur les parkings, le long des murs des maisons et au pied des arbres, évitez d’imperméabiliser les sols, que ce soit avec de l’asphalte, du plastique ou des dalles en pierre.

Laissez les joints ouverts entre les dalles ou les pavés, et comblez-les avec un mélange naturel de sable et de gravier. De nombreuses espèces d’abeilles sauvages sont tributaires des sols non imperméabilisés pour faire leur nid. Elles utilisent aussi les joints entre les dalles et les pavés.

L’imperméabilisation des sols demande du temps et de l’argent. Evitez-vous des frais tout en créant ou préservant des lieux de nidification pour les abeilles sauvages.

> Notice sur les abeilles sauvages en milieu urbain

Créez de nouveaux lieux de nidification pour les abeilles sauvages nichant au sol en formant des tas de sable à des endroits peu fréquentés ou en dégageant les talus pierreux.

Pour faire vos tas de sable, utilisez toujours du sable non lavé, ce qu’on appelle du «tout-venant». Tassez bien le sable après le remblayage. Vous pouvez aussi recouvrir le tas de sable avec quelques pierres.

Une petite pelleteuse permet de créer facilement des tas de sable ou des renfoncements pierreux. Dans les jardins d’agrément, il suffit d’une pelle et d’un peu d’huile de coude.

> Notice sur les abeilles sauvages en milieu urbain

Amoncelez des pierres, disposez quelques gros rochers ou construisez des murs en pierres sèches.

Photo: wildBee.ch

Comblez partiellement l’arrière et les interstices dans les murs en pierres sèches et dans les tas de pierres avec du sable pour offrir des lieux de nidification à d’autres espèces d’abeilles sauvages. 

Introduire le sable seulement après avoir bien solidifié et stabilisé les pierres pour éviter de menacer la stabilité du mur en pierres sèches.

La construction d’un mur en pierres sèches est délicate et demande beaucoup de travail. Perfectionnez-vous en suivant des cours ou demandez l’aide de quelqu’un d’expérimenté. En guise d’alternative, vous pouvez simplement amonceler des pierres.

Installez des nichoirs pour les abeilles sauvages à des endroits ensoleillés et protégés des intempéries. Utilisez différents matériaux.

Photo: wildBee.ch

Les nichoirs sont surtout utiles à des fins de démonstration et de formation. Ils ne suffisent pas pour favoriser la diversité des abeilles sauvages, car seules quelques espèces peuvent en tirer parti.

Suivez les recommandations faites sur la Plateforme Avenir Abeilles en ce qui concerne les nichoirs: sur Internet, il circule beaucoup de d’instructions lacunaires voire erronées.

Eviter que les abeilles entrent en contact avec des produits phytosanitaires et des biocides

Empfehlung für Honigbienen
Empfehlung für Wildbienen

Les produits phytosanitaires et autres biocides peuvent de toute évidence avoir une incidence négative sur les abeilles domestiques et les abeilles sauvages. Lorsque leur utilisation comporte un risque élevé d’empoisonnement pour les abeilles, leur emballage ou leur étiquette comporte une indication dans ce sens (dangereux pour les abeilles). Ils sont en outre soumis à des restrictions telles que l’interdiction d’employer le produit sur les cultures en fleurs. Toutefois, il n’est pas impossible que même les produits ne comportant pas d’indications spécifiques nuisent aux abeilles, en particulier lorsqu’ils ne sont pas appliqués correctement, sans parler du fait que les méthodes utilisées lors des tests d’homologation ne peuvent pas prendre en compte tous les risques.

Le contact avec des insecticides peut provoquer la mort des abeilles (effets létaux). Cela peut aussi perturber leur sens de l’orientation, affecter la survie du couvain et réduire la fécondité (effets sublétaux). Les fongicides aussi peuvent être toxiques pour les abeilles.

Prévenez les invasions de parasites en choisissant des plantes résistantes et adaptées à l’emplacement. Favorisez les insectes utiles dans les jardins et les espaces verts grâce à des surfaces riches en structures et en espèces.

Photo: www.biogarten.ch

Renseignez-vous sur les méthodes préventives contre les parasites dans les jardins auprès d’entreprises horticoles, d’associations de jardiniers professionnels ou amateurs ou dans des commerces bio spécialisés.

Informations sur les méthodes de prévention contre les parasites et les maladies affectant les cultures en plein champ:
> Congrès organisé chaque anée en août
Autres informations à ce sujet:
> Bioterra (en allemand)

Si toutefois les parasites prolifèrent exagérément, optez pour des méthodes de lutte naturelles telles que pièges, espèces utiles, micro-organismes ou produits à base de virus.

Photo: www.biogarten.ch

Vous pourrez ainsi renoncer totalement aux produits phytosanitaires dangereux, en particulier dans le jardinage amateur.

Renseignez-vous sur l’achat d’insectes auxiliaires et d’autres méthodes de lutte naturelles contre les nuisibles auprès d’entreprises horticoles, d’associations de jardiniers professionnels ou amateurs ou dans des commerces bio spécialisés.

Renoncez aux produits phytosanitaires et biocides étiquetés comme étant dangereux pour les abeilles.

L’emballage ou l’étiquette des produits en cause comportent l’indication «Dangereux pour les abeilles». Leur utilisation comporte des restrictions. Vous devez appliquer ces produits avec beaucoup de précautions pour exclure tout risque pour les abeilles. Il vaut donc mieux renoncer totalement à les utiliser.

Si vous souhaitez appliquer des produits phytosanitaires et des biocides, informez-vous au préalable sur les principes actifs utilisés et sur leurs dangers.

Suivez strictement les indications figurant sur l’étiquette ou la notice d’utilisation, et veillez à les utiliser avec parcimonie.

Même avec des produits phytosanitaires et des biocides étiquetés comme étant non dangereux pour les abeilles, l’empoisonnent n’est pas exclu en cas de contact. Les jardiniers amateurs ont intérêt à se passer de ce genre de produits.

Si vous avez besoin de renseignements, adressez-vous à des organismes de conseil indépendants (par exemple les services phytosanitaires de votre ville ou de votre canton) ou la
> Plateforme «Favorisez la nature»

> Notices sur les produits phytosanitaires pour les jardiniers amateurs et les jardiniers professionnels

N’appliquez jamais de produits phytosanitaires ou de biocides sur des plantes en fleurs (sauf nécessité absolue et à moins que le mode d’emploi ne le propose explicitement).

Attendez le soir lorsque les abeilles sont rentrées, de préférence après le coucher du soleil. L’heure du coucher du soleil est définie et publiée chaque jour.

Si vous épandez les produits phytosanitaires et les biocides le soir, cela leur donne le temps de sécher ou d’être absorbés par la plante, ce qui réduit le risque que les abeilles entrent en contact avec eux.

> Notices sur les produits phytosanitaires pour les jardiniers amateurs et les jardiniers professionnels

Lors de la pulvérisation des produits, évitez toute dérive sur des plantes et surfaces avoisinantes. Abstenez-vous de traiter en cas de fort vent ou avant et après de fortes intempéries.

Dans les jardins et les espaces verts, le danger est grand de voir le produit utilisé entraîné de manière involontaire par le vent sur d’autres plantes à fleurs (par exemple sur du trèfle en fleurs dans une pelouse), lesquelles seront ensuite butinées par les abeilles, entraînant leur empoisonnement.

> Notices sur les produits phytosanitaires pour les jardiniers amateurs et les jardiniers professionnels

Lorsque vous achetez des plantes aromatiques et ornementales, vérifiez si possible qu’elles n’aient pas été traitées avec des produits toxiques pour les abeilles.

Les commerçants ne savent hélas souvent pas dans quelle mesure les produits phytosanitaires appliqués au moment de la production sont encore stockés dans les plantes au moment de la vente (ce qu’on appelle les produits phytosanitaires systémiques). Pour vous assurer que ce n’est pas le cas, achetez des plantes et des herbes aromatiques bio.

Conseiller de manière professionnelle les propriétaires immobiliers et les responsables de jardins

Empfehlung für Honigbienen
Empfehlung für Wildbienen

Les responsables d’une maison et de ses alentours, d’espaces verts publics ou privés sont souvent prêts à contribuer à la protection des abeilles. Il se peut toutefois que les mesures concrètes à prendre vous soient inconnues.

Suivez régulièrement des cours sur les abeilles

Les associations de jardiniers professionnels et amateurs en particulier proposent des cours de formation dans des centres horticoles proches de la nature. Les jardiniers professionnels ont l’obligation de détenir un permis pour l’emploi des produits phytosanitaires; il leur est recommandé de se tenir régulièrement à jour dans le domaine de la protection des plantes.

Conseillez à vos clients des mesures pour améliorer l’offre florale et les sites de nidification pour les abeilles.

Photo: Wildbiene + Partner

En tant que jardinier professionnel, portez à l’attention de vos clients que le fait d’utiliser des plantes robustes et adaptées aux conditions locales et d’avoir un jardin richement structuré et varié permet de prévenir l’apparition de nuisibles.

Photo: www.biogarten.ch

En outre, ça permet de réduire l’application de produits phytosanitaires.

Les clients ne sont souvent pas conscients des dangers que l’utilisation de produits phytosanitaires au jardin fait courir aux abeilles

Recommandations pour les jardiniers
> Eviter que les abeilles entrent en contact avec des produits phytosanitaires et des biocides