C'est-à-dire...

Personnes qui (aussi sur mandat d’une commune, d’une entreprise ou d’une institution)

  • conçoivent, planifient ou s’occupent de l’entretien des surfaces naturelles publiques (parcs, bords de voies ferrées, cimetières),
  • sont responsables d’un terrain de sport, d’un golf, d’une école ou du site d’une entreprise,
  • exploitent une gravière ou y planifient des mesures de protection de l’environnement,
  • protègent des habitats naturels en milieu urbain.

Recommandations pour les responsables d'espaces verts publics et privés

Vous déterminez directement ou indirectement la configuration, la qualité et l’utilisation des espaces verts en milieu urbain et dans des zones industrielles – et de ce fait les habitats importants pour les abeilles domestiques et sauvages.

 

Tenir compte des besoins des abeilles

Empfehlung für Honigbienen
Empfehlung für Wildbienen

Le milieu urbain et les zones industrielles constituent un habitat important pour les abeilles sauvages et domestiques. Saisissez les possibilités qui s’offrent à vous: lors de la planification, de la conception et de l’entretien des espaces verts, privilégiez les types de surfaces, les espèces végétales et les méthodes d’entretien qui respectent les besoins des abeilles.

Favorisez l’offre de plantes à fleurs indigènes et utiles aux abeilles dans les parcs, dans les talus, le long des routes et des voies ferrées, autour des bâtiments, sur les toitures ou les façades.

Photo: Wildbiene + Partner

Les prairies fleuries et les plates-bandes de fleurs sauvages riches en espèces ainsi que les plantations d’arbustes et d’arbres indigènes sont particulièrement utiles.

Créer des espaces verts bien fleuris implique des coûts, mais l’entretien est souvent plus simple que pour des pelouses ou des plates-bandes traditionnelles

Listes d’espèces végétales appropriées:
> Notices sur les abeilles sauvages en milieu urbain, dans les golfs et dans les gravières

Recommandation pour les Jardiniers:
> Créer et entretenier des habitats richement fleuris

Favorisez la création et la préservation des lieux de nidification pour les abeilles sauvages.

Les abeilles sauvages apprécient particulièrement les tas de gros morceaux de bois non traités et pourris, le bois mort de vieux arbres, le sol nu, les tas de sables, les structures en pierres et les tiges sèches de diverses espèces.

Créer des lieux de nidification prend plus ou moins de temps suivant le type de structure. Certains ne demandent aucun effort. Leur entretien est en général simple.

> Notice sur les abeilles sauvages en milieu urbain, dans les golfs et dans les gravières

Recommendation pour les jardiniers
> Créer et entretenir des lieux de nidification pour les abeilles sauvages

Evitez les types d’espaces verts et les espèces végétales dont l’entretien nécessite beaucoup de produits phytosanitaires ou d’engrais.

Privilégiez les méthodes horticoles proches de la nature. Renseignez-vous sur la promotion des organismes utiles dans les jardins, l’achat d’insectes auxiliaires et les alternatives aux désherbage chimique auprès d’entreprises horticoles, d’associations de jardiniers professionnels ou amateurs ou dans des commerces bio spécialisés.

> Notice sur les produits phytosanitaires pour les jardiniers professionnels

Recommandation pour les Jardiniers
> Eviter que les abeilles entrent en contact avec des produits phytosanitaires et des biocides

Assurez-vous que les prairies fleuries ne soient pas fauchées avant juillet et que des bandes refuges soient laissées sur au moins 10 % de la surface. Fauchez les grandes prairies par bandes (fauchage échelonné).

Les bandes refuges sont des surfaces de formes et de dimensions variées où les plantes ne sont pas fauchées.

En laissant des bandes refuges dans les prairies, en fauchant de manière échelonnée et en retardant la première coupe, vous créez une offre florale continue entre mars et octobre. Laisser des bandes refuges durant l’hiver offre en outre des lieux de nidification et des sites d’hivernage aux abeilles sauvages et à d’autres animaux.

Recommandation pour les Jardiniers
> Créer et entretenier des habitats richement fleuris

S’il existe des projets de promotion spécifiques pour les espèces d’abeilles sauvages menacées dans votre région, intégrez les mesures définies dans votre planification.

Contactez pour ce faire le service de protection de la nature du canton ou le service concerné de votre commune.

Assurez-vous de combattre efficacement les espèces exotiques envahissantes.

Certaines espèces exotiques envahissantes (néophytes invasives) sont certes appréciées par les abeilles, mais elles menacent les espèces végétales indigènes. Ces néophytes réduisent la diversité de l’offre florale en milieu urbain, vitale pour les abeilles sauvages.

Parmi les néophytes invasives, on trouve entre autres la verge d’or du Canada, l’impatiente de l’Himalaya, le séneçon du Cap, la berce géante ou la renouée du Japon. Liste des néophytes invasives en Suisse:
> Néophytes envahissantes
> info flora

Laissez aux jardiniers et au personnel d’entretien la plus grande marge de manœuvre financière et créative possible pour qu’ils puissent prendre des mesures favorables aux abeilles.

Donnez-leur la possibilité de suivre des cours de perfectionnement en horticulture proche de la nature. Ces cours sont en particulier proposés par les associations de jardiniers professionnels et amateurs.

Pour les gros projets, prenez conseil auprès d’experts des abeilles sauvages.

Protéger, valoriser et entretenir les habitats importants pour les abeilles sauvages

Empfehlung für Wildbienen

Quelques rares espèces d’abeilles sauvages peuvent vivre dans des zones exploitées de manière intensive, alors qu’elles sont à dépendre d’habitats valorisés et protégés tels que les prairies riches en espèces. Toutefois, protéger ne signifie pas renoncer à toute exploitation. Faucher les prairies utiles une fois par an permet d’empêcher la prolifération d’arbustes et d’arbres.

Recensez les habitats importants pour les abeilles sauvages dans les espaces verts sous votre responsabilité avec l’aide d’un expert des abeilles sauvages.

Exemple d’habitats importants: les prairies maigres et les prairies sèches, les zones inexploitées dans les sablières, les gravières et les marnières, les berges des rivières et lisières de forêt naturelles.

Définissez les objets à protéger. S’il en existe dans une région, tenez compte des projets de promotion spécifiques en faveur des espèces d’abeilles menacées.

Contacter le service de protection de la nature du canton ou le service concerné de la commune pour avoir des informations sur les projets de promotion dans une région.

Assurez-vous que les habitats favorables aux abeilles sauvages sont utilisés et entretenu: fauchez par exemple les prairies sèches une fois par an et combattez les espèces exotiques envahissantes.

Parmi les néophytes invasives, on trouve entre autres la verge d’or du Canada, l’impatiente de l’Himalaya, le séneçon du Cap, la berce géante ou la renouée du Japon. Liste des néophytes invasives en Suisse:
> Néophytes envahissantes
> info flora

Une utilisation et un entretien corrects des habitats permettent d’augmenter la diversité des plantes et par là même l’offre de nourriture pour les abeilles sauvages

> Notices sur les abeilles dans l’agriculture, sur les abeilles sauvages en milieu urbain et sur la valorisation des lisières de forêt pour les abeilles sauvages

> Recommandations pour les agriculteurs
> Recommandations pour les jardiniers
> Recommandations pour les resonsables forestiers

Valorisez les surfaces en plantant des fleurs sauvages, des arbustes et des arbres utiles aux abeilles sauvages.

Créez de nouvelles structures de nidification pour les abeilles sauvages sur les surfaces concernées.

Les abeilles sauvages apprécient particulièrement les tas de gros morceaux de bois non traités et pourris, le bois mort de vieux arbres, le sol nu, les tas de sables, les structures en pierres et les tiges sèches de diverses espèces.

Listes d’espèces végétales utiles:
> Notices sur les abeilles dans l’agriculture, sur les abeilles sauvages en milieu urbain et sur la valorisation des lisières de forêt pour les abeilles sauvages

Recommandations pour les agriculteurs
> Créer et entretenir des lieux de nidification pour les abeilles sauvages

Recommandations pour les jardiniers
> Créer et entretenir des lieux de nidification pour les abeilles sauvages

Recommandations pour les responsables forestiers
> Créer et entretenir des sites de nidification aux abords des forêts pour les abeilles sauvages

Si les surfaces dont vous vous occupez comportent des habitats utiles aux abeilles sauvages, informez-en les éventuels apiculteurs présents dans cette zone et demandez-leur de déplacer leurs colonies si possible.

La recherche scientifique n’a pas encore fait toute la lumière sur l’impact de la concurrence des abeilles domestiques sur le développement des abeilles sauvages. La prudence reste donc de mise lorsqu’on place des abeilles domestiques dans des habitats importants d’abeilles sauvages. Les apiculteurs doivent respecter une zone tampon indicative de 1 à 2 km par rapport à ces zones.

Adressez-vous au service de protection de la nature du canton ou au service concerné de la commune pour connaître l’importance des différents habitats pour les abeilles sauvages.

Veiller à l’interconnexion des habitats

Empfehlung für Wildbienen

Les surfaces adjacentes ou rapprochées ont une plus grande utilité que les surfaces isolées. Les abeilles sauvages peuvent les coloniser plus rapidement et passer plus facilement de l’une à l’autre. Cela favorise les échanges génétiques et leur permet de trouver les sources de pollen et de nectar dont elles ont besoin pour se nourrir et les lieux de nidification pour se reproduire.

Lors de la planification des mesures, veillez à ce que les lieux de nourriture et de nidification soient proches les uns des autres (distance maximale de 100 à 300 m).

Photo: Wildbiene + Partner

Les abeilles transportent le pollen des plantes appropriées dans leur nid pour faire des provisions pour leur progéniture. Pour ce faire, elles parcourent de nombreuses fois la distance qui sépare leur nourriture de leur nid. Donc plus cette distance est courte, plus leur reproduction a des chances d’être efficace.

Si possible, planifiez des mesures en faveur des abeilles sauvages à des endroits situés à proximité ou à côté d’habitats de valeur.

Essayez de créer un réseau de surfaces riches en fleurs et en lieux de nidification au sein de votre quartier, de votre région, de votre village ou de votre ville avec les responsables des propriétés environnantes, les exploitants de cultures avoisinantes, desassociations et les pouvoirs publics.

Informer les jardiniers professionnels et amateurs des mesures prises en faveur des abeilles

Empfehlung für Honigbienen
Empfehlung für Wildbienen

Les jardiniers communaux, les pépiniéristes, les horticulteurs et les jardiniers amateurs peuvent appliquer plus efficacement les mesures en faveur des abeilles s’ils sont informés en détail à ce sujet.

Informez-les des possibilités de créer une offre florale diversifiée et durable.

Informez ces personnes des possibilités existantes en matière de création de lieux de nidification pour les abeilles sauvages.

Informez ces personnes de dangers encourus par les abeilles lors de l’utilisation de produits phytosanitaires et de biocides. Montrez-leur comment renoncer à ces produits risqués.

Photo: www.biogarten.ch

Choisir des plantes résistantes et adaptées, lutter contre les parasites avec des moyens naturels et préventifs et recourir à des techniques de désherbage non chimiques sont de bonnes alternatives.

Renseignez-vous sur les méthodes de promotion des organismes utiles dans le jardin, l’achat d’insectes auxiliaires et les alternatives au désherbage chimique auprès d’horticulteurs proches de la nature, d’associations de jardiniers professionnels et amateurs ou dans les commerces bio spécialisés.

> Notices sur les produits phytosanitaires pour les jardiniers amateurs et les jardiniers professionnels

Recommandations pour les jardiniers
> Eviter que les abeilles entrent en contact avec des produits phytosanitaires et des biocides